Projets en cours

  • ❯ Auto-déclenchement chez les patients en décès neurologique Open or Close

    Chercheur principal : Karim Serri, MD et Stéphane Delisle, PhD

    Résumé : Le don d'organe permet de sauver des vies, particulièrement dans le contexte d'une population vieillissante aux prises avec des maladies chroniques. Chaque année au Québec, plus de 1000 personnes sont en attente d'une transplantation d'organe et entre 40 et 70 personnes meurent sur la liste d'attente. Dans ce contexte, l'identification des donneurs d'organes potentiels est particulièrement importante. Cette identification repose sur le diagnostic de mort cérébrale, critère essentiel pour le don après décès neurologique. Au cours des dernières années, l'évolution de la technologie en ventilation mécanique a permis de développer des ventilateurs offrant une meilleure synchronie avec le patient tout en diminuant son travail respiratoire. Une conséquence non désirée de ces améliorations technologiques est le phénomène de l'auto–déclenchement, défini comme un cycle ventilatoire délivré par le ventilateur en absence d'effort inspiratoire du patient. L'auto–déclenchement a été bien décrit dans diverses circonstances en ventilation mécanique, dont dans certains cas de décès neurologique. Dans ce cas particulier, malgré l'absence d'activité du tronc cérébral et l'absence de respiration spontanée, l'auto déclenchement peut donner l'apparence d'efforts respiratoires spontanés. Par conséquent, l'auto–déclenchement peut entrainer une non–reconnaissance ou un délai dans le diagnostic de la mort cérébrale avec plusieurs conséquences potentielles. Ce délai peut prolonger la période d'attente pour des familles déjà éprouvées. Ce phénomène peut également entrainer un inconfort ou une incompréhension de la mort cérébrale tant pour les familles que pour le personnel soignant. Le séjour aux soins intensifs peut s'en trouver prolongé avec les coûts que cela comporte. Devant ces délais prolongés, certaines familles pourraient décider de retirer leur consentement au don d'organes. Finalement, un délai additionnel peut également entrainer une détérioration de la fonction des organes, résultant en une perte d'organes transplantables. Bien qu'il y ait plusieurs cas rapportés dans la littérature d'auto–déclenchement chez des patients en mort cérébrale, aucune étude ne s'est penchée de façon systématique sur ce phénomène. Nous pensons qu'il est essentiel de mieux définir et caractériser ce phénomène. Le but de notre protocole est de mener une étude observationnelle sur la prévalence de l'auto–déclenchement chez les patients en mort cérébrale, d'en étudier les mécanismes et de proposer une stratégie pour l'éliminer.

  • ❯ Banque Licox Open or Close

    Banque de données Licox:  Relation entre la pression artérielle d'oxygène (PaO2) et l'oxygénation cérébrale (PbrO2) chez les patients ayant subi un traumatisme cranien

    Chercheur principal : Francis Bernard, MD.

    Résumé : Neuro–monitoring is crucial when it comes to managing patients with severe traumatic brain injury (TBI). Recently, an impaired oxygen delivery has been demonstrated in subjects suffering from TBI, which remains one of the major causes of morbidity and mortality in Canada. Therefore, in order to improve the burden associated with cerebral ischemia in TBI, several devices have been introduced to monitor cerebral oxygen delivery. One of these monitors is Licox that measures partial pressure of O2 in the brain parenchyma (PbrO2). In fact, reduced PbrO2 (less than 20 mmHg) is associated with higher mortality and poorer functional outcomes in animal and clinical studies. Hence, maintaining PbrO2 above threshold level is imperative and this advent in neuromonitoring can provide additional information to the clinician over and above the usual ICP/CPP monitoring. Moreover, certain complications, not only cerebral related, could alter the level of oxygen in the brain tissue. Such determinants affecting oxygen delivery to the brain are the cerebral perfusion pressure, lung function and cerebral diffusion of oxygen.

    Since the optimal level of arterial oxygen pressure (PaO2) to attain a minimal PbrO2 has not yet been established, this study primarily aims to determine the relationship between these 2 variables in patients suffering from TBI. Also, the influence of PbrO2 on short term and long term outcome will be explored.

  • ❯ DONATE Open or Close

    Chercheur principal HSCM : Anne Julie Frenette, Pharm B 

    Résumé : Il s’agit d’une étude observationnelle concernant la prise en charge des donneurs d’organes au Canada pendant leur hospitalisation à l’unité des soins intensifs. Cette étude se déroulera sur deux ans. L'objectif est de comprendre la pratique actuelle sur le maintien du donneur d’organes au Canada dans un contexte d’amélioration continue de l’acte médical.

    Financement : Canadian Blood Services, Hamilton Health Sciences New Investigator Fund. 

  • ❯ Etude de cas du centre de prélévement d'organes Open or Close

    Chercheur principal : Pierre Marsolais, MD; Emmanuel Charbonney, MD; Martin Albert, MD

    Résumé : La liste grandissante de patients attendant un don d'organes nécessite d'intervenir de manière proactive sur les possibilités d'augmenter les organes disponibles. L'optimisation de toute la chaine repose sur une intégration opérationnelle souple et efficace. À l'Hôpital du Sacré–Coeur de Montréal, une structure organisationnelle unique a été créée afin de répondre aux besoins spécifiques des dons d'organes. Il s'agit d'une organisation hautement stratégique intitulée, le centre de prélèvement d'organe (CPO). Bien que cette structure semble faciliter l'ensemble du processus du don d'organes, elle n'a encore fait l'objet d'aucune étude spécifique. Ainsi, notre objectif premier est d'étudier les caractéristiques distinctives du CPO ainsi que leurs effets sur la disponibilité des organes à transplanter. Cette structure a aussi permis d'identifier des donneurs improbables pris en charge à l'Hôpital du Sacré–Coeur de Montréal. Ils représentent les donneurs chez qui l'objectif de don a failli échouer pour diverses raisons, mais dont le processus a finalement pu être mené à terme grace à des démarches spécifiques et extraordinaires. Nous entreprenons cette étude de cas, afin de mieux déterminer leurs caractéristiques. Nous voulons étudier les caractéristiques distinctives du CPO ainsi que leurs effets sur la disponibilité des organes à transplanter. Nous voulons également mesurer les effets de la structure organisationnelle du CPO sur le nombre d'organes disponibles pour la transplantation, définir les barrières au don d'organes des donneurs improbables et identifier les solutions trouvées pour surmonter ces barrières. Finalement, nous voulons comparer les donneurs improbables avec le reste de la cohorte des donneurs d'organes.

     

  • ❯ Etude sur l'association entre les médicaments psychoactif et le delirium aux soins intensifs Open or Close

    Chercheur principal : David Williamson, B. Pharm.

    Résumé : Le délirium est un problème clinique fréquent et important aux soins intensifs. Plusieurs études ont associé le développement d'un délirium à un mauvais pronostic. Plusieurs médicaments ont été associés avec le développement du délirium mais la force de ces associations dans un contexte de soins intensifs demeure incertaine. Hypothèse: Nous croyons que l'exposition aux sédatifs, analgésiques et agents anticholinergiques fréquemment prescrits aux soins intensifs augmente le risque de délirium. Les principales questions de recherche sont: 1) Quelle est la relation entre les agents psychoactifs et le délirium ? 2) Est–ce qu'il y a une relation dose–réponse pour cette association ? Méthodes: Nous planifions une étude de cohorte multicentrique dans une population hétérogène de patients admis aux soins intensifs (n = 493). Nous inclurons les patients admis pour plus de 24 heures et exclurons les patients qui sont incapables de s'exprimer en français ou en anglais ou comateux. Les patients incluent seront évaluer par l'équipe soignante avec l'outil d'évaluation du délirium ICDSC. Nous allons recueillir les données démographiques, les informations concernant l'utilisation récente de médicaments psychoactifs, les facteurs environnementaux, les valeurs d'électrolytes (sodium) associées avec le délirium, les médicaments psychoactifs utilisés au cours de l'hospitalisation et les outocmes cliniques. Analyse: Des statistiques descriptives seront utilisées pour décrire les variables démographiques et cliniques. Les interventions et les outcomes des patients délirieux et non délirieux seront comparés. Un modèle de régression logistique sera créé afin de quantifier l'asscoation entre les médicaments psychoactifs et la présence de délirium en contrôlant pour les autres facteurs de risque connus. Conclusion: L'identification et la caractérisation des médicaments comme facteurs de risque modifiables modifiable pourra aider les cliniciens à optimiser la thérapie des patients aux soins intensifs et potentiellement améliorer leur devenir.

    Financement : Université de Toronté (Faculté de pharmacie)

  • ❯ Facteurs de risque du délirium aux soins intensifs : DETIC Open or Close

    Chercheur principal: David Williamson

    Résumé : Le délirium est une condition médicale souvent développée lors d’une hospitalisation aux soins intensifs. Il s’agit d’un état de confusion transitoire caractérisé par des changements aigus de l’état mental et une variation dans l’état d’éveil et d’attention. Cette condition neurologique demeure sous-détectée, jusqu’à 70 % des délirium ne sont pas diagnostiqués. Le délirium se diagnostique habituellement à l’aide de questionnaires. Cependant, chez les patients ayant subi un traumatisme crânien léger à modéré, nous ignorons si ces questionnaires sont efficaces pour détecter le délirium. L’objectif de cette étude est d’évaluer la sensibilité et la spécificité des questionnaires utilisés dans la détection du délirium chez une population de patients avec traumatisme crânien léger à modéré, hospitalisée sur une unité de soins intensifs ou intermédiaires. Cette étude permettra à des professionnels de la santé, d’évaluer rapidement la présence d’un délirium chez des patients avec traumatisme crânien léger à modéré. On pourra ainsi mieux définir la durée et l’intensité du délirium et donc surveiller l’usage et la durée d’utilisation des traitements avec des antipsychotiques.

  • ❯ Neuro-ETT Open or Close

    Neuro-ETT:  Étude sur le moment de l'extubation chez les patients avec atteintes neurologiques

    Chercheur principal : Emmanuel Charbonney, MD, PhD.

    Résumé : Des milliers de patients souffrent de graves lésions cérébrales chaque année, secondaires à des traumatismes, des accidents vasculaires cérébraux, et des infections. Pour protéger leurs voies respiratoires, ces patients ont besoin de respiration artificielle et une intubation avec un tube temporaire introduit par la bouche dans leurs poumons. 
     
    Aucunes démonstrations scientifiques permettant de guider les décisions concernant le moment de retirer le tube chez ces patients n’existent. Il existe différentes approches 1) Cesser (extubation) l'utilisation du respirateur et retirer le tube des voies respiratoires, de sorte que le patient puisse respirer de son propre chef et réduire ainsi le potentiel de dommages liés à l'utilisation prolongée du respirateur; ou 2) Effectuer une trachéostomie, qui est une intervention chirurgicale au cou en insérant un nouveau tube directement dans la trachée (voie respiratoire), ce qui permet le remplacement du tube temporaire. A l’heure actuelle, nous ne savons pas laquelle de ces stratégies de gestion des voies respiratoires peut se traduire par une amélioration du devenir des patients. 

    L'approche clinique de routine (soins habituels) pour les patients ayant une lésion cérébrale aiguë peut varier considérablement. Souvent, l'incertitude, quant à la bonne approche, conduit à une utilisation prolongée du tube temporaire endotrachéal jusqu'à ce que le patient se réveille ou une trachéostomie soit effectuée.

    Le but de cette étude est de tester laquelle des trois possibilités : l'extubation précoce ou la trachéostomie précoce ou appliquer le traitement habituel se traduira par un meilleur résultat pour le patient.

    Les patients seront randomisés dans un des 3 groupes : extubation, trachéo ou soins habituels (retirer le tube ou d'effectuer une trachéostomie, à un moment décidé par les médecins).

    Financement : IRSC

  • ❯ Optimisation de la prise en charge du donneur, biomarqueurs et fonction rénale des greffés rénaux Open or Close

    Chercheur principal HSCM : Josée Bouchard, MD, Pierre Marsolais, MD, Martin Albert, MD

    Résumé : Il s’agit d’une étude se déroulant au centre de prélèvement d’organes de l’Hôpital Sacré-Coeur de Montréal et aux 5 centres de transplantation du Québec. Elle porte sur la détection précoce ainsi que l’amélioration de la fonction rénale des receveurs immédiatement après une greffe rénale.

    Les buts de cette étude sont:
    1.Évaluer la relation entre une prise en charge médicale optimisée du donneur et la non-fonction du greffon rénal immédiatement après la greffe
    2. Évaluer la performance de tests sanguins et urinaires (biomarqueurs) pour prédire la non-fonction du greffon rénal immédiatement après la greffe

    Financement : Canadian National Transplant Research Program (CNTRP)

  • ❯ PIT-TBI - Facteurs de risque et conséquence des troubles hypophysaires chez les victimes de TCC Open or Close

    Chercheur principal HSCM : Francis Bernard, MD 

    Résumé : Les traumatismes carnio–cérébraux (TCC) modéré ou sévère sont une cause majeur de mortalité et d'incapacité chez les adultes de moins de 45 ans. Les patients hospitalisés pour un TCC représentent une grand partie des dépenses de santé en trauma et la grande majorité des morts liés au trama. Un tiers des survivants souffrent de séquelles fonctionnelles sérieuses entrainant une détérioration de la qualité de vie et une incapacité à retourner travailler. L'hypopituitarisme, un déficit isolé et/ou combiné d'hormone pituitaire, est une complication négligée des TCC. Les désordres pituitaires peuvent se manifester immédiatement ou plusieurs mois après le TCC et peuvent avoir un impact majeur sur la qualité de la vie, le statut fonctionnelle et l'habilité à retourner au travail. Les symptômes débilitant et communs dont souffrent les survivants de TCC sont la fatigue, le manque de concentration, la dépression et une faible capacité d'exercice. Il s'agit également de symptômes communs pour les désordres pituitaire. Dans une récente revue systématique, nous avons observé que 30% des patients développent des désordres pituitaires à un moment du suivit pour leur TCC. Cependant, l'estimation varie selon les définitions utilisées et le risque de biais des études incluses. L'extrapolation de l'incidence des désordres pituitaires pour l'entière population des TCC suggère qu'environ 30 nouveaux cas d' hypopituitarisme par 100 000 personnes surviennent par année. Ceci excède, l'incidence combinée de toutes les autres causes d'hypopituitarisme. Les TCC pourraient donc être la cause majeure de désordres pituitaires acquis et non diagnostiqué. La pathophysiologie du désordre pituitaire associé au TCC est peu comprise. Très peu de prédicteurs ont été identifiés. Une meilleur compréhension des désordres pituitaires et le développement de stratégies de dépistages ciblées pourraient rationalisé les examens, améliorer l'identification des patients à haut risque et réduire l'évaluation coûteuse et longue pour les patients à faible risque. Les désordres pituitaires associé au TCC sont susceptibles de causer un mauvais pronostique. Un dépistage systématique serait donc valable si les désordres pituitaires détectés ont un impact clinique sur les survivants de TCC et si leur traitement améliore la pronostique clinique. L'objectif primaire de l'étude est d'évaluer la faisabilité d'une plus grande étude prospective observationnelle multicentrique en mesurant l'adhérence au protocole et en estimant le taux de recrutement à chaque site participant. Notre second objectif, qui sera l'objectif primaire dans la plus grande étude, est de déterminer l'association entre les désordres pituitaires précoces (au congés de l'hôpital), le pronostique neurologique, la récupération fonctionnelle, la qualité de vie et les troubles majeurs de dépression à 12 mois. Nous déterminerons, tous les prédicteurs précoces (présent au congés), différé (absent au congés mais présent à 6 et 12 mois) et les troubles pituitaires persistants (présent au congés ou à 6 et 12 mois).

    Financement : CIHR

  • ❯ Practices of organ donor management Open or Close

    Practices of organ donor management among intensivists and transplant surgeons: a cross–sectional national survey

    Chercheur principal : Anne Julie Frenette, B. Pharm. et Frederick D'Aragon, MD

    Résumé : Organ donation is meant to save patients' lives. Unfortunately, the gap between the number of patients on the waiting list and the number of donors is continuously widening. Organ donation can occur trough different clinical processes: living donor, donor after brain death (NDD) or donor after cardiovascular arrest (DCD). Before organ retrieval, NDD and DCD patients are admitted to the intensive care unit (ICU) where their clinical management constitutes a challenge for physicians and ICU teams. Loss of transplantable organs may be a dramatic consequence of the inability to restore adequate perfusion. In 2006, Canadian guidelines for organ donor (NDD and DCD) management were published and no update is yet available. Many of the recommendations in the guidelines are based on retrospective observational data and expert opinions. Therefore, equipoise concerning different aspects of clinical management of donors leads to variability in practice among individuals and countries. The perceptions and beliefs of Canadian physicians clinically involved in organ donor management have not been assessed. As part of a research program on organ donor management, we propose a cross sectional survey aiming at evaluating intensivists and transplant surgeons perception of their own practice regarding donor management and their confidence in the available literature.

  • ❯ PROMIZING Open or Close

    Promizing: Utilisation de la PAV+ (ventilation proportionnelle assistée) lors du sevrage pour minimiser la durée de la ventilation mécanique 

    Chercheur principal : Emmanuel Charbonney, MD, PhD.

    Résumé : Les patients avec une insuffisance respiratoire aiguë ont souvent besoin de l’aide d’un ventilateur pour aider leurs poumons à fonctionner. Le respirateur prend en charge le travail respiratoire à la place du patient. Bien que le respirateur contribue à garder les gens en vie, les muscles respiratoires peuvent devenir faibles, ce qui peut conduire à une dépendance prolongée au ventilateur. Les patients qui deviennent dépendants du ventilateur pendant une période de temps prolongée (plus de 3 semaines) ont un risque plus élevé de mourir ou de développer des complications. Toutefois, les chercheurs trouvent des stratégies pour sevrer rapidement les patients du ventilateur après la guérison du problème de santé ayant causé la déficience respiratoire. 
    L'utilisation de certains modes de ventilation plus tôt lors de la phase de récupération de l'insuffisance respiratoire aiguë pourrait avoir une incidence sur la durée de l’utilisation du ventilateur. 
    La "Pressure support ventilation" (PSV) est un mode de ventilation dans lequel le patient doit initier chaque respiration, puis le ventilateur offre un niveau prédéfini de soutien constant pour compléter chaque respiration. La PSV est considéré comme le standard de soins pendant la phase de récupération. 
    La Ventilation proportionnelle assistée (PAV+) est un mode de ventilation dans lequel le patient doit initier chaque respiration, puis le ventilateur offre une aide à respirer en proportion de l'effort du patient. Ceci est le seul mode de ventilation qui permet la mesure et le ciblage d'une plage spécifique de l'activité des muscles respiratoires du patient.
    L’objectif de cette étude est de déterminer lequel de des deux modes de ventilation (PSV et PAV+) permet d’effectuer le sevrage de la ventilation mécanique plus rapidement.

    Financement : IRSC

     

  • ❯ PROPEL Open or Close

    Chercheur principal HSCM : Martin Albert, MD 

    Résumé : Les patients des soins intensifs sont fréquemment incapables de manger et reçoivent souvent de la nourriture liquide au moyen d’un tube dans leur estomac. Pour un nombre important de ces patients, l’estomac ne se vide pas correctement. L’alimentation liquide reste donc dans l’estomac et n’est pas absorbée par le corps. Il y a un risque que ces patients reçoivent une nutrition insuffisante pour combler leurs besoins protéiques et énergétiques. Cette alimentation sous-optimale est associée à une augmentation des complications telles que la durée du séjour, les infections et à une augmentation du risque de décès. Après le congé de l’hôpital, ces patients peuvent également demeurer plus faibles en raison de leur état nutritionnel déficient. Une autre conséquence de ce phénomène implique que le patient est à plus fort risque que le contenu de son estomac remonte (i.e. reflux) et aille se loger dans les poumons et cause une pneumonie. 

    Le «système E-motion» est une sonde d’alimentation spéciale qui donne de petites stimulations électriques en continu au niveau du tube digestif afin d’améliorer la vidange de l’estomac. Ceci permet de mimer le processus naturel de déglutition. Et ainsi d'améliorer le problème de vidange de l’estomac ce qui permettrait potentiellement de s’assurer que les patients aux soins intensifs soient mieux nourris et par conséquent de diminuer les risques de développer une infection durant l’hospitalisation et augmenter leur survie.

    Nous pensons que cette sonde d’alimentation pourrait avoir le potentiel d’améliorer la récupération des patients des soins intensifs en augmentant l’apport nutritionnel et en réduisant la remontée du contenu de l’estomac (i.e reflux) pour éviter les complications.

    Financement : E-motion Limited

  • ❯ PROSPECT - Les probiotiques pour prévenir les pneumonies et la colonisation endothrachéale Open or Close

    Chercheur principal HSCM : Emmanuel Charbonney, MD 

    Résumé : Les pneumonies associées aux ventilateurs (PAV) sont parmi les infections nosocomiales les plus fréquentes. Elles entrainement un grand fardeau pour les patients des soins intensifs.Les probiotiques sont des micro-organismes qui semblent avoir un effet bénéfique sur la santé. Ils ont notamment émergés comme une stratégie pour prévenir les infections respiratoire. L'objectif est de tester si un probiotique (L. Rhamnosus GG) a un effet sur les PAVs ou autres infections chez les patients des soins intensifs. L'étude établira également si une grande étude randomisée contrôlée est faisable et utile.

    Financement : Mcmaster University

  • ❯ Trauma Elderly Open or Close

    Trauma Elderly:  Pronostics et complications des patients traumatisés agés admis aux soins intensifs d'un centre tertiaire.

    Chercheur principal : Martin Albert, David Williamson et Emmanuel Charbonney

    Résumé : In Canada, like in every developed country, the mean age of the population is increasing. More than 14.1% of the population are seniors (elderly > 65 years), and it is projected that their percentage will be doubled between 2000 and 2030. This population represent the major proportion of patient requiring health care, associated with an important number of comorbidities. Since elderly persons are increasing in the general population; they represent a higher proportion of the trauma–related injured population. Injury is the fifth leading cause of death in Canada, which accounts for death in 24.2 per 100.000 of population and the first cause of mortality in in the 1–44 age population. It was proven that mortality can be reduced by around 25% after referring patients to specialized trauma centers. However, health care providers are still having difficulties to define who in the elderly group require a more sophisticated trauma care or if they require the use of additional resources. Given the burden on the health–care system and the potential morbid consequences for elderly patients, it is of a paramount importance to better understand and predict the morbidity and mortality associated with a trauma in this population. Research question: What are impacts on mortality of comorbidities in elderly trauma patients admitted to ICU? Hypothesis: Co–morbidities are contributing more to the outcome of the elderly population than their absolute age. Impact: Understanding better the implication of the morbidities on the outcome of traumatized elderly people, will allow early interventions or better tailor the intensity of treatment for this population. The perspective of an aging population should spur us to develop strategies for the trauma continuum of this growing group
  • ❯ WAAICUP-1 et 2 Open or Close

    WAAICUP-1: Déterminer l'incidence et évaluer les facteurs de risque du syndrome de sevrage aux opiacés chez les patients aux soins intensifs : une étude de cohorte prospective multicentrique.

    WAAICUP-2: Évaluer la validité de Withdrawal Assessment Tool-1 (WAT-1) dans la population adulte sous ventilation mécanique qui reçoivent des opioïdes.

    Chercheur principal : David Williamson, B Pharm. et Anne Julie Frenette, B. Pharm.

    Résumé : Opioids and benzodiazepines are commonly used in intensive care units (ICU) for sedation and analgesia of patients requiring mechanical ventilation. In paediatric intensive care unit (PICU) studies, it is well known that iatrogenic withdrawal syndrome (IWS) may develop in case of rapid and abrupt weaning of sedatives, with symptoms such as hypertension, tachycardia, tachypnea, anxiety, tremors and sweating. Consequences of IWS in this population include increase in morbidity, requirement of additional medical interventions and prolonged hospital stays. However, incidence, risk factors of IWS and its evaluation are less studied in the adult ICU setting and thus the healthcare provided in this situation may be sub–optimal. The WAAICUP–1 study aims to describe the incidence of IWS and to identify the potential risk factors precipitating IWS in adult ICU patients undergoing mechanical ventilation. The WAAICUP–2 study aims to evaluate the concurrent validity of the Withdrawal Assessment Tool (WAT–1) scale for the development of IWS of opioids among adult in the ICU setting. The WAT–1 is a well studied and validated scale developed by Franck et al. for this purpose in PICU. However, to our knowledge, there is no validated diagnostic tool for this use in the ICU adult setting. The primary objective of the WAAICUP–1 study is to determine the incidence of IWS in an adult ICU population of Montreal General Hospital and Hôpital du Sacré–Coeur de Montréal. The secondary objectives are to identify and evaluate the risk factors predicting IWS development. As for the WAAICUP–2 study, the primary objective is to determine the sensibility, sensitivity, positive and negative predictive values of the WAT–1 scale in the adult population in comparison to the medical diagnosis guided by the DSM–V. As a secondary objective, the inter–rater reliability will be evaluated. In this multicenter prospective observational open cohort study, we aim to include at least 100 patients in total.

     

     

 


 

Projets complétés

  • ❯ TBI–Prognosis Open or Close

    ❯ Evaluation pronostique des victimes de traumatismes cranio–cérébraux graves admises à l'USI: Étude Prospective Multicentrique TBI–Prognosis

    Chercheur principal : Francis Bernard, MD

    Résumé : Les accidents de la route, les chutes et les accidents de travail sont responsables d'environ 85 % des traumatismes cranio–cérébraux (TCC) sévères qui surviennent annuellement au Québec. En plus d'être la principale cause de décès et d'incapacité chez les moins de 45 ans, les traumatismes représentent la majeure partie des coûts payés par la Société d'Assurance Automobile du Québec pour la réadaptation. Bien que la prise en charge des victimes de TCC sévère se soit grandement améliorée notamment avec la création d'unités de soins intensifs (USI) et l'élaboration de guides de pratique la mortalité demeure élevée (30 à 50 %) et 30 % des survivants souffrent de séquelles neurologiques graves (i.e. état neurovégétatif). Par ailleurs, les familles et les équipes médicales ont souvent à décider du niveau de soins à prodiguer aux patients atteints de TCC sévère et envisagent fréquemment le retrait des traitements de maintien des fonctions vitales. Une évaluation erronée du pronostic neurologique peut avoir de sérieuses conséquences puisque les familles et les médecins s'y fient pour décider de poursuivre ou non les traitements de maintien des fonctions vitales. De plus, l'avènement récent de programmes provinciaux (Québec, Ontario, Alberta) de don d'organes après un décès cardiovasculaire suivant le retrait des thérapies de maintien des fonctions vitales justifie l'urgence de développer des modèles fiables et valides de prédiction du pronostic neurologique à long terme de ces patients. Enfin, l'identification adéquate du pronostique à long terme des victimes permettrait aux médecins intensivistes de cibler davantage leurs interventions thérapeutiques.

    Financement : IRSC

  • ❯ REDOXS Open or Close

    Etude randomisée sur l'administration de supplément de glutamine et d'antioxydant chez les patients de soins intensifs

    Chercheur principal à l’HSCM: Martin Albert, MD

    Résumé : La relation entre la carence en élément nutritif et la diminution du système immunitaire est reconnue depuis des années. La condition précaire des patients aux soins intensifs peut être aggravée par une déficience nutritive qui affecte les fonctions du système immunitaire pour prévenir ou combattre les infections. Cette carence peut occasionner une diminution du fonctionnement des organes et peut ainsi mener au décès. Des études suggèrent que la combinaison de suppléments de glutamine et d'antioxydant améliorent la condition des patients de soins intensifs. La glutamine est un précurseur de protéines présentes dans le sang et les muscles. Elle joue un rôle dans la synthèse des protéines, la protection immunitaire et le maintien de l'intégrité de la paroi intestinale. Normalement l'organisme produit une quantité suffisante de glutamine, cependant des études ont démontrées que les patients ayant eu une intervention chirurgicale majeure ou une maladie grave ont une carence en glutamine. Un taux insuffisant de glutamine affecte la résistance immunitaire ce qui peut provoquer l'apparition d'infections diverses. Les antioxydants et les vitamines, comme le beta carotène, vitamine C et la E, sont des substances naturelles dont le corps humain a besoin pour vaincre une maladie sévère. Le but de cette étude est de déterminer si l'administration de suppléments de glutamine et d'antioxydant chez les patients de soins intensifs améliore leur chance de survie.

    Conclusion de l’étude: Les conclusions de cette étude montrent qu’un traitement avec de la glutamine ou des antioxydants n’améliore pas les résultats cliniques, et que la glutamine est associée avec une augmentation de la mortalité parmi les patients gravement malade avec un dysfonctionnement de plusieurs organes.

    Financement: IRSC

     Publié dans The New England Journal of Medicine.

  • ❯ CANTREAT Open or Close

    Etude pilote randomisée, contrôlée à double insu pour l'efficacité d'un antifongique chez les patients colonisés au Candida sp dans les sécrétions respiratoire

    Chercheur principal à l’HSCM: Martin Albert, MD

    Résumé : La pneumonie sur respirateur est une infection fréquemment acquise à l'unité des soins intensifs. Elle affecte près du quart des patients qui requièrent une assistance respiratoire mécanique de plus de 48 heures. Cette complication double le risque de décès. Ces pneumonies sont habituellement causées par des bactéries. Toutefois, parmi les patients chez qui une pneumonie est suspectée, différentes espèces de champignons de la famille du Candida sont fréquemment isolées dans les sécrétions des voies respiratoires. Même si le Candida a depuis toujours été considéré comme un germe colonisateur c'est à dire ne nécessitant pas de traitement, plusieurs études récentes suggèrent que sa présence dans les sécrétions respiratoires est associée à un moins bon pronostic. Il est possible qu'un de ses constituants possède la capacité de déclencher une réponse inflammatoire locale et systémique importante, causant ainsi des complications aux patients. Dans plusieurs études, la présence de ce champignon a été reliée à des complications importantes incluant une prolongation du temps d'hospitalisation et une augmentation de la mortalité. L'objectif principal de cet essai clinique est de déterminer les effets d'un traitement dirigé contre ces champignons.

    Conclusion de l’étude: Cette étude décrit le premier essai clinique randomisé contrôlé avec placebo sur une thérapie antifongique empirique chez les patients colonisés au Candida sp dans les sécrétions respiratoire. Les résultats fournissent une description de la réponse inflammatoire et des résultats cliniques associés avec un traitement antifongique chez ces patients. L’étude met également en lumière les défis dans la réalisation d'un plus grand essai clinique. Étant donné la difficulté de recruter des patients et l'absence de signal dans les résultats cliniques ou inflammatoires, cette étude ne fournit pas de preuve pour la nécessité d’un large essai clinique examinant l’efficacité d’un traitement antifongique chez les patients avec une suspicion de pneumonie associée à la ventilation et au Candida dans les secrétions endotrachéales. La présence de Candida dans les poumons peut être associée avec une inflammation persistante et une immunosuppression.

    Financement: Physicians' Services Incorporated Foundation et Pfizer Inc.

    Publié dans Intensive Care Medicine

     

  • ❯ Oscillate - Etude de la gestion des SDRA aux Soins Intensifs Open or Close

    Chercheur principal HSCM : Martin Albert, MD

    Résumé : Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est une complication dangereuse des infections, brûlures, traumatismes et de nombreuses autres maladies graves. Les patients avec un SDRA sont parmi les plus malades et plus difficile à traiter aux soins intensifs. Les deux dernières décennies de recherche sur les SDRA ont permis d'améliorer les connaissances sur le traitement de cette pathologie. L'objectif de l'étude est de comprendre comment les cliniciens traitent actuellement les SDRA au Canada, quelles sont leurs stratégies avec la ventilation mécanique, et quel sont les autres traitements spécifiques additionnels employés. Ce projet cherche à comprendre quels traitements sont mis en oeuvre lorsque les stratégies habituelles échouent, et ce que le patient ou les facteurs régionaux déterminent dans la stratégie de traitement de secours utilisée.

    Financement: IRSC

  • ❯ ECHO T4 Open or Close

    Evaluation de l'efficacité et de la sécurité de l'utilisation de la levothyroxine chez les donneurs d'organes en mort cérébrale : un essai randomisé contrôlé – Etude pilote

    Chercheur principal : Karim Serri, MD et Anne Julie Frenette, B. Pharm

    Résumé : La mort cérébrale est caractérisée par une instabilité hémodynamique avec un risque potentiel de collapsus cardiovasculaire. L'impossibilité de rétablir une perfusion adéquate entraine la perte des organes transplantables. En parallèle des stratégies qui visent à une stabilisation hémodynamique, les directives canadiennes recommandent l'administration d'une combinaison d'hormone constituée de vasopressine, methylprednisolone et d'hormones thyroïdiennes aux donneurs qui ont une fraction d'éjection ventriculaire gauche abaissée. En se basant sur le fait qu'il existe des données contradictoires sur l'efficacité de la levothyroxine (une forme synthétique d'hormone thyroïdienne) chez les donneurs d'organes en mort cérébrale, que l'effet isolé des hormones thyroïdiennes n'a pas été évalué et que les données biologiques sont rares, nous proposons une étude monocentrique en double aveugle randomisée contrôlée pour évaluer l'efficacité et la sécurité de l'utilisation de la levothyroxine sur la fonction cardiaque des donneurs d'organes en mort cérébrale.

  • ❯ Ovation - Titration optimale des vasopresseurs : étude observationnelle. Open or Close

    Chercheur principal HSCM :  Karim Serri, MD et David Williamson, B. Pharm.

    Résumé : L'étude va décrire l'utilisation commune des vasopresseurs dans les cas de choc, c'est–à–dire une perfusion inadéquate des tissues entrainant la défaillance des organes. Plus précisément, l'étude déterminera les cibles utilisées dans la pratique pour le dosage des vasopresseurs chez les patients en choc et dans quelle mesure l'équipe médicale atteint sa cible.

    Financement : IRSC

  • ❯ CPOT-Neuro Open or Close

    Ce projet s'insère dans une étude plus large dont le but est de développer et valider une échelle d'évaluation de la douleur pour les patients de soins critiques avec blessure cérébrale (ex : traumatisme craniocérébral, accident cérébrovasculaire, tumeur ou anévrysme). La première phase a permis d'identifier les indicateurs comportementaux et physiologiques les plus fréquemment observés lors de procédures douloureuses auprès de ces patients. La deuxième phase visait à consulter les cliniciens (ex: infirmières et intensivistes) afin d'obtenir leur opinion sur la pertinence de ces indicateurs selon leur expérience clinique. À partir des données de ces deux phases, l'échelle CPOT a été révisée (maintenant appelée CPOT–Neuro) pour que son contenu soit plus adapté à cette clientèle. La version anglaise a d'abord été créée puis traduite en version française. Cette troisième phase consistuant la présente étude vise à valider l'utilisation de la version française de l'échelle CPOT–Neuro auprès de patients avec atteinte cérébrale hospitalisés dans des unités de soins critiques à HSCM.

  • ❯ PREVAIL - Prévention des infections nosocomiales avec la lactoferrine. Open or Close

    Chercheur principal HSCM :  Martin Albert, MD 

    Résumé : Les infections nosocomiales sont communes chez les patients en soins critiques notamment les patients sous ventilation mécanique. Elles sont une source de morbidité et de mortalité chez cette population vulnérable de patients. Il existe de multiples facteurs étiologiques potentiels augmentant la susceptibilité aux infections nosocomiales incluant les instruments pour la surveillance et les traitements, une altération des fonctions immunologiques, un remplacement de la flore gastro–intestinale normale avec des pathogènes et une augmentation de la perméabilité de la muqueuse intestinale. Actuellement, les mesures préventives ne sont que partiellement efficace. Les plus étudiées et efficaces dans la prévention des infections nosocomiales sont la décontamination du tube digestif avec une thérapie anti–microbienne, bien que cela soit rarement utiliser suite aux préoccupations du développement de résistances aux anti–microbiens. La lactoferrine est une molécule qui fait partie du système immunitaire innée qui a de nombreuses propriétés la rendant idéale comme agent de prévention des infections nosocomiales. Elle maintient l'intégrité du tube gastro–intestinal, et a des effets bénéfiques sur la flore bactérienne dans le tube gastro–intestinal. L'hypothèse de l'étude est que l'administration orale et nasogastrique de lactoferrine à des patients gravement malades ventilés va réduire les infections nosocomiales, réduire l'utilisation d'antibiotiques et par conséquent va améliorer les résultats et la survie. L'étude est un essai randomisé contrôlé de phase 2 qui va permettre de déterminer si l'efficacité de la Lactoferrine pour la prévention des infections nosocomiales est valide.

    Financement : AFP Innovation Fund, Lotte & John Hecht Memorial Foundation